Annuaire IPHC

DRS | Recherche au DRS » Hadrons et noyaux » DNE » Projets et systèmes de détections » STELLA » STELLA

STELLA - Stellar Laboratory

Dernière mise à jour : vendredi 21 juillet 2017, par Nicolas Busser

Porteur du projet : Pr. Sandrine COURTIN

PDF - 1.1 Mo

Nuits des étoiles 2017
Vendredi 28 juillet 2017 de 20h à 1h

Pour renforcer le lien entre science et société, depuis de nombreuses années, le Planétarium de l’Université de Strasbourg s’associe à la Société Astronomique de France - Groupe Alsace (SAFGA) afin de sensibiliser le public au ciel étoilé, depuis les jardins de l’Observatoire astronomique de Strasbourg.

Au cours de cette soirée au Planétarium consacrée à l’observation et à la compréhension du ciel étoilé, Sandrine Courtin et Guillaume Fruet nous expliqueront leur projet pour sonder les étoiles depuis la Terre. Venez découvrir comment, dans un laboratoire sur Terre, nous pouvons "allumer" des étoiles pour éclaircir les mystères de leur vie et leur mort.

Horaires : toute la soirée
Public : adultes et enfants
Lieu : Au Planétarium - accès au 11, rue de l’Université
Accès : Gratuit et sans réservation, dans la limite des places disponibles.
Programme complet de la Nuit des étoiles à Strasbourg

Expérience STELLA : commissioning réussi et premières données !

L’expérience STELLA (Stellar Laboratory), associée à l’ensemble FATIMA (Fast Timing Array, Surrey, UK), a commencé sa prise de données avec succès pour le système phare 12C+12C. Construite à l’IPHC, STELLA a été installée à l’automne 2016 auprès de l’accélérateur Andromède à l’IPNO. STELLA a pour but de mieux comprendre le cycle de vie des étoiles massives, essentiel pour extraire des informations sur l’âge de notre Univers, l’évolution stellaire et la nucléosynthèse des éléments chimiques. Pour cela, elle vise à mesurer les réactions nucléaires clés de ce cycle, en particulier celles où peuvent intervenir des résonances moléculaires qui jouent sur la structure et les propriétés des noyaux.

Qu’est-ce que l’expérience STELLA ?

Présentation de l’expérience STELLA (Stellar Laboratory)

L’expérience STELLA (Stellar Laboratory) a pour objectif la mesure des réactions nucléaires de fusion d’intérêt astrophysique, en particulier les réactions de fusion carbone+carbone, carbone+oxygène, oxygène+oxygène.

JPEG - 303.8 ko
mise en place des détecteurs gamma LaBr3 autour de la chambre de réaction par M.Heine et M.Rudigier

STELLA est une station de mesure qui comporte :

  • une chambre a réaction à vide poussé et à parois minces,
  • un système de cible tournante,
  • un ensemble de détecteurs de particules chargées de type silicium DSSD, sur support céramique,
  • un système d’acquisition à 96 voies, basé sur la technologie µTCA.

La technique de mesure des sections efficaces de fusion utilisée pour STELLA repose sur la mesure en coïncidence de particules chargées et de photons gamma.

STELLA est associée en 2016-2017 à l’ensemble de détection FATIMA (FAst Timing Array) développé par l’Université de Surrey (GB), et installée auprès de l’accélérateur de faisceaux stables intenses Andromède à Orsay.

La construction de la station de mesure STELLA a bénéficié du financement des initiatives d’excellence (IdEx) de l’Université de Strasbourg, de l’USIAS et du CNRS.

Les développements techniques du projet et sa construction ont été réalisés à l’IPHC Strasbourg (Mécanique, SMA, Microtechnique), en partenariat avec l’Université de York (GB), l’Université de Surrey (GB) et le GANIL.

La collaboration STELLA :

  • IPHC, Strasbourg : S. Courtin (contact), C. Beck, G. Fruet, F. Haas, M. Heine, D. Montanari
  • Université de York (GB) : D. Jenkins, L. Morris et al.
  • Université de Surrey (GB) : P. Regan, M. Rudigier et al.
  • GANIL : F. de Oliveira, B. Bastin, C. Stodel et al.
  • IPNO, Orsay : S. Della Negra, F. Hammache, N. de Séréville, P. Adsley et al.
  • CSNSM, Orsay : A. Lefebvre et al.
  • Université de Aarhus (DK) : O. Kirsebom et al.

Installation de STELLA sur l’accélérateur Andromède

Montage de la station de mesure STELLA à l’IPNO à Orsay

Construite à l’IPHC, STELLA a été installée à l’automne 2016 auprès de l’accélérateur Andromède à l’IPNO à Orsay, en région parisienne.

JPEG - 216.2 ko
L.Morris (univ. York), G.Fruet (IPHC), Pr. S.Courtin (IPHC), M.Krauth (IPHC), P.Dené (IPHC), lors du montage de la station de mesure
JPEG - 255.2 ko
mise en place du détecteur dans la chambre de réaction par D.Montanari et G.Fruet
JPEG - 223.3 ko
prototype de détecteur à pistes silicium IPHC-Micron sur son support céramique
JPEG - 162.4 ko
chambre de réaction Stella entourée de détecteurs gamma LaBr3
JPEG - 303.8 ko
mise en place des détecteurs gamma LaBr3 autour de la chambre de réaction par M.Heine et M.Rudigier
JPEG - 273.3 ko
vue d’ensemble du dispositif expérimental Stella

STELLA à la Fête de la Science 2016

Du jeudi 13 au dimanche 16 octobre 2016, l’IPHC sortait de ses murs pour aller à la rencontre du public au "Village des Sciences", aux côtés de nombreux autres laboratoires alsaciens et présenter la diversité des recherches menées au laboratoire, avec pour fil conducteur la question : "comment la science construit notre avenir ?".

Projet STELLA : faire exploser les étoiles dans le laboratoire !

JPEG - 206.4 ko
JPEG - 152.1 ko
JPEG - 204.8 ko
JPEG - 251.1 ko
JPEG - 278.3 ko
JPEG - 70.6 ko

Lorsque nous levons les yeux au ciel, la nuit, pratiquement tout ce que nous observons provient de réactions nucléaires. Ces réactions alimentent en énergie les étoiles au long de leur vie tout en produisant tous les éléments chimiques qui nous entourent, en particulier ceux nécessaires à la vie comme le carbone ou l’oxygène. Le projet STELLA consiste à reproduire ces réactions … dans le laboratoire. Nous verrons ensemble comment, au travers de vidéos, simulations et autour d’une maquette de l’expérience STELLA … à démonter et reconstruire.

Nocturne au Planétarium de Strasbourg le 14/12/2016

Les soirées culturelles du Planétarium
Présentées par le Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg

STELLA, au cœur des étoiles massives

Des milliards d’étoiles peuplent l’Univers. Elles naissent, vivent et meurent. Au cœur de ces boules de gaz, les atomes fusionnent créant particules et énergie. Pour mieux comprendre ces réactions à basse énergie et leurs implications sur la nucléosynthèse au cœur des étoiles massives, une équipe de l’IPHC dirigée par Sandrine Courtin étudie les réactions Carbone-Carbone et la combustion du carbone stellaire. Après une découverte commentée du ciel étoilé, ce projet, baptisé STELLA, a été présenté par Guillaume Fruet, doctorant à l’IPHC.

Un moment de partage, entre astronomie et recherche subatomique...

JPEG - 57.9 ko
JPEG - 119.1 ko
JPEG - 66.6 ko
JPEG - 104.5 ko