Annuaire IPHC

DEPE | Nos partenariats » Réhabilitations » Réhabilitation 2009

Réhabilitation 2009

Dernière mise à jour : mardi 20 mars 2012, par Brigitte GAILLARD

Une quarantaine d’animaux (canards colverts et fuligules morillons) ayant participé à des protocoles expérimentaux portant sur le comportement animal et n’ayant subi aucune modification génétique ont été relâché le 13 novembre 2009 dans le cadre d’une réhabilitation [1] choisie par le DEPE .

JPEG - 82.6 ko
Cédric Zimmer relâche une femelle colvert

Arrivée au terme de ces protocoles l’unité de recherche, représentée par Odile PETIT, Jean-Patrice ROBIN (chercheurs) et Cédric ZIMMER (doctorant), a choisi la voie éthique et exemplaire de la réhabilitation des animaux d’expérience comme la loi [2] l’y autorise.

Deux lots d’animaux étaient concernés par l’opération :

- 6 femelles colverts non volantes âgées de 2 ans, suivies dans le cadre d’une étude comportementale sur le leadership dans les mouvements collectifs, ont rejoint la ferme éducative de la GANZAU (207, rue Ganzau, Strasbourg) pour y passer leur retraite.

- 23 fuligules morillons volants de 2 ans et plus (12 femelles et 11 mâles), 2 mâles colverts volants de 1 an et 6 femelles colverts volantes de 2 ans, ayant participé à une étude de l’effet d’un dérangement anthropique sur l’état énergétique et le succès reproducteur, ont été relâchés dans la nature dans une réserve du Rhin avec le concours de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). C’est parce que les espèces concernées vivent à l’état sauvage en Alsace et sur le Rhin qu’un relâché en milieu naturel a été possible.

JPEG - 60.2 ko
les canards relâchés nagent sur le Rhin
JPEG - 53.9 ko
la réserve naturelle de Gerstheim

Le Groupement de Réflexion et d’Action pour l’Animal était partenaire de cette opération. Le GRAAL [3] agit depuis plusieurs années en faveur de la réhabilitation des animaux de laboratoire auprès des unités de recherche.


Tél. 06 60 64 55 91

[1Principe de la réhabilitation : Il s’agit d’offrir une retraite aux animaux de laboratoire dans des sanctuaires ou parcs zoologiques et non de sanctionner leur sortie de protocole par l’euthanasie, comme c’est aujourd’hui le cas dans la plupart des structures. Cette démarche s’inscrit dans un processus de révision éthique de la politique expérimentale en France et en Europe. La réhabilitation des animaux de laboratoire est une question d’éthique, de morale, de respect, une valeur de progrès.

[2Législation : La réhabilitation des animaux de laboratoire est autorisée par les textes, notamment par l’article R 214-89 du Code Rural.

[3La démarche du GRAAL a pour objectif de systématiser la possibilité que les textes législatifs offrent de reclasser des animaux en fin de protocole. Les programmes d’action actuels tentent d’obéir au principe des “3R” : Réviser, Réduire et Remplacer. Le GRAAL propose d’y ajouter un 4e “R”, pour “Réhabiliter”.