Annuaire IPHC

DRS | Recherche au DRS » Physique théorique » Physique Nucléaire Théorique

Physique Nucléaire Théorique

Dernière mise à jour : mardi 14 janvier 2014, par Nicolas Busser

Les activités de recherche du groupe couvrent la structure et les réactions de basse énergie d’excitation dans le noyau atomique. L’expertise se situe au niveau des interactions effectives, et dans les méthodes associées à la description microscopiques des systèmes à petit nombre de particules, des noyaux légers, de masses intermédiaires jusqu’aux noyaux lourds et superlourds. Les recherches portent à la fois sur les développements théoriques et sur la forte collaboration avec la physique expérimentale, dans l’émergence de nouveaux projets, ainsi que dans l’interprétation et la mise en valeur des résultats expérimentaux. Ces activités se développent au sein de collaborations nationales et internationales ainsi qu’en grande synergie avec de nombreux groupes expérimentaux des laboratoires de l’IN2P3 mais aussi avec de grands laboratoires internationaux (GANIL, ISOLDECERN, GSI, LEGNARO, MSU, RIKEN,...).

Projets principaux

  • Etude de systèmes à peu de corps via le formalisme de Faddeev-Yakubovsky
    Ce formalisme permet la résolution exacte des états liés et libres d’un système quantique non relativiste à plusieurs corps ouvrant ainsi la voie aux études ab-initio de structure et de réactions.
  • Modèles microscopiques en amas
    Dans ce formalisme, l’équation de Schrödinger des états liés et libres du problème à A nucléons est résolue approximativement par la méthode delà coordonnée génératrice (GCM) combinée avec la méthode de la matrice R microscopique.
  • Modèle en couches
    Pour les noyaux légers, de masses moyennes ou plus lourds autour de noyaux doublement magiques, les calculs de modèles en couches permettent de décrire toutes les propriétés spectroscopiques de basse énergie.
  • Approches de champ moyen et au-delà
    Des noyaux de masse moyenne jusqu’aux noyaux superlourds, les méthodes de champ moyen et au-delà peuvent être appliquées.
  • Théorie stochastique et pouvoir prédictif des Hamiltoniens de structure nucléaire
    Les techniques mathématiques utilisée à cet endroit permettent de déterminer dans quelle mesure en dehors de l’aire de ‘fit’ les prédictions théoriques possèdent toujours un pouvoir prédictif.
  • Phénoménologie en physique des particules
    Cette recherche porte sur deux axes complémentaires, ayant pour but commun d’aller au-delà du Modèle Standard (S.M.), à savoir la symétrie chirale d’une part et les espaces à dimensions supplémentaires d’autre part.