Annuaire IPHC

DRS | DRS / Grand public » La nuit des ondes gravitationnelles

La nuit des ondes gravitationnelles

Derni&egravu;re ei3e à jour : vendredi 17 mars 2017, par Nicolas Busser

PDF - 118.2 ko
communiqué de presse

En Février 2016, la collaboration internationale Virgo-LIGO a annoncé avoir détecté quelques mois plus tôt, en septembre 2015, un signal qui confirme l’existence des ondes gravitationnelles théorisées près d’un siècle plus tôt par Albert Einstein. Le CNRS et la Société Française de Physique proposent un rendez-vous exceptionnel pour célébrer cette découverte majeure.

Lycéens, étudiants, curieux de sciences pourront venir s’informer et échanger sur cette avancée scientifique lors d’une grande soirée festive, le 20 mars 2017.

Programme complet et inscription :
cnrs.fr/nuit-des-ondes-gravitationnelles

NOUVEAU : le 09/03/2017, LIGO annonce trois nouveaux événements candidats "ondes gravitationnelles"

La collaboration LIGO/Virgo vient de donner des nouvelles de la période de prise de données "O2", commencée le 30/11/2016, et de leurs recherches d’ondes gravitationnelles : http://www.ligo.org/news/index.php

Trois nouveaux événements candidats "ondes gravitationnelles" détectés par les 2 interféromètres LIGO ont été identifiés et leurs caractéristiques (temps, direction) partagées en temps réel avec les partenaires d’autres collaborations ayant signé des accords d’échanges de données/d’informations avec LIGO - en grande majorité des instruments électromagnétiques (du domaine radio aux gammas). L’analyse des données des interféromètres LIGO est en cours. Ce n’est qu’à la fin de ce processus que l’on saura si ces candidats sont ou non des signaux d’ondes gravitationnelles.

Parmi ces partenaires privilégiés, le télescope ANTARES a pu rechercher dans ses données des neutrinos de haute énergie en corrélations spatiale et temporelle éventuelles avec ces événements candidats "ondes gravitationnelles", analyses faites en temps réel - c’est la version "temps réel" du programme GWHEN (pour GW = Gravitational Waves, et HEN = High Energy Neutrinos) auquel l’IPHC participe.

La résolution angulaire d’un télescope à neutrinos étant inférieure à 1° à 10 TeV, la détection d’un neutrino en coïncidence permettrait de localiser plus précisément la source gravitationnelle, et de rechercher ensuite plus efficacement d’éventuelles contreparties optiques [pour GW150914, la localisation sur le ciel de la source représentait 850deg2, une zone impossible à observer avec un seul instrument, d’ouverture typique < 1°], et de confirmer/identifier ainsi sa nature astrophysique exacte.

L’analyse de ces différentes recherches de contreparties électromagnétiques et neutrinos aux signaux détectés par LIGO se poursuit, et les résultats seront partagés avec la communauté dès que possible.

communiqué officiel : http://www.ligo.org/news/index.php#O2Jan2017update

 

L’IPHC prend part aux conférences régionales :

  • 18h00 « Les ondes gravitationnelles, leur détection interférométrique et la symphonie des étoiles à neutrons et des pulsars. »

    Par Thierry Pradier (Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, Strasbourg) et Jérôme Pétri (Observatoire Astronomique de Strasbourg)

    Avec des interventions d’Eric Conte (IPHC Strasbourg) : « La Gravitation dans tous ses États ».

    Amphithéâtre Fresnel, Institut de Physique, 3-5 rue de l’Université, Strasbourg