Annuaire IPHC

DEPE | Thèses & stages au DEPE » Proposition de thèse 2016-2019 » "Communication et stratégies sociales chez les corbeaux freux (Corvus (...)

"Communication et stratégies sociales chez les corbeaux freux (Corvus frugilegus)"

Dernière mise à jour : mercredi 30 mars 2016, par Catherine Berger

PROJET :

La vie en groupe social crée un degré de compétition pour les ressources à laquelle chaque individu doit faire face. Chez les primates les liens sociaux permettent la formation de réseau d’alliance et de coopération pour compenser la compétition et les individus tiennent compte de ces liens sociaux qui peuvent exister entre chaque membre du groupe (parenté, hiérarchies, amitiés). Lorsqu’il essaie d’accéder à de la nourriture ou lorsqu’il tente de se reproduire, un individu doit évaluer les forces sociales en présence s’il veut minimiser le risque d’agression et donc plus généralement le risque de blessure. Cela requiert une certaine flexibilité cognitive et la mise en place de stratégies cognitives parfois complexes telles que la dissimulation par exemple. Un autre groupe d’espèces, les corvidés, possède également une grande taille relative de cerveau. On sait que ces espèces appréhendent efficacement les contraintes de leur monde physique et peuvent aussi comprendre certains aspects de leur monde social aussi bien que des primates. On sait désormais que ces colonies représentent plus qu’un agrégat d’individus. La compétition sociale qui pourrait s’exercer au sein d’une colonie de corvidés pourrait donc être comparable à ce que l’on trouve chez des primates. Parmi les corvidés, le corbeau freux est l’une des espèces les plus sociales de corvidés européens. Cette espèce est donc un modèle crucial pour étudier les mécanismes sociaux qui régissent la cohésion et la compétition entre les individus et les stratégies individuelles mise en œuvre pour contrer cette dernière.
Le projet va donc consister à étudier les comportements et vocalisations associés à la compétition alimentaire et sexuelles chez le corbeau freux. Une étude de conflits, réconciliation et consolation chez cette espèce nous permettra de mieux appréhender la manière dont les situations conflictuelles conflits sont gérées (évitées et/ou résolues). Nous étudierons également tous les bénéfices associés à l’émission des comportements de coopération (qu’il s’agisse d’alliances, de transferts de nourritures ou de services). Enfin, le projet s’attachera à examiner expérimentalement l’existence de dissimulation comportementale pour l’accès aux ressources chez cette espèce.

Reférences : Nathan J Emery, Amanda M Seed, Auguste M.P von Bayern and Nicola S Clayton, 2007. Cognitive adaptations of social bonding in birds, Phil. Trans. R. Soc. B, 489-505 362.
Markus Boeckle and Thomas Bugnyar, 2012. Long-Term Memory for Affiliates in Ravens. Current Biology.
Braun, Anna ; Bugnyar, Thomas. 2012. Social bonds and rank acquisition in raven nonbreeder aggregations. Animal Behaviour vol. 84 issue 6 December, p. 1507-1515

COMPETENCES SOUHAITEES :

Le/la candidat/e devra posséder un très bon background théorique et pratique en éthologie ainsi qu’une grande rigueur. Un esprit d’initiative, de la patience et de l’objectivité sont nécessaires. Une connaissance de logiciels spécialisés en analyse de réseaux serait un plus. Le/la candidat/e devra traiter un très grand volume de données comportementales et vocales, une très forte motivation est donc cruciale. Il/elle devra interagir et partager avec les étudiants qui participent au projet. De bonnes capacités d’écriture, de communication et un esprit critique sont nécessaires.

EXPERTISES QUI SERONT ACQUISES AU COURS DE LA FORMATION :

Le/la candidat/e aura l’opportunité de se spécialiser dans l’étude du comportement des oiseaux. Il/elle apprendra à maitriser perfectionner les outils statistiques d’analyse de données (GLMm et statistiques non paramétriques), d’analyse de réseaux sociaux et de vocalisations. Il/elle bénéficiera d’un entourage scientifique et plus généralement des savoirs communs à l’équipe. Il/elle perfectionnera l’apprentissage de la rédaction d’article et de la communication des résultats via des conférences nationales et internationales.

PUBLICATIONS majeures de l’équipe relatives au sujet au cours des 3 dernières années (le cas échéant, 3 publications récentes du DT) :

1) Dufour V., Wascher C.A.F., Braun A., Miller R. & Bugnyar T. (2012). Corvids can decide if a future reward is worth waiting for. Biology Letters, 8 : 201-4

2) Wascher, C.A.F., Dufour, V. & Bugnyar, T. (2012). Carrion crows cannot overcome impulsive choice in a quantitative exchange task. Frontiers in Psychology, 3 : 118.

3) Dufour, V., Sueur, C., Whiten, A., Buchanan-Smith, H. 2011. The impact of moving to a novel environment on social networks, activity and wellbeing in two new world primates. American Journal of Primatology, 73, 802-811. doi : 10.1002/ajp.20943

Directrice de thèse : Valérie DUFOUR


PROJECT :

Living in social group creates competition for resources that individual must face on a daily basis. In primates, social relationship (kinship, hierarchical status, affiliation) allows to form alliances to surpass competitors, and primates take into account other’s social relationship and allies when deciding to enter or not the competition.. Before reaching for food or attempting to mate, an individual need to evaluate its social surrounding to deflate potential aggression and more generally limit risks of wound. This requires some level of cognitive flexibility that may have helped primates evolve their current cognitive skills. Corvids are another group of species with large relative brain size. They are known to also exhibit good understanding of their causal and social world. We now know that colonies are more than just an aggregate of pairs. The social constraints on most adult corvids’ social life appear thus as demanding as in primates. Interestingly, one corvids species, the rook, prefers to live all life-long within a colony and does not establish separate nesting sites or territories. This species thus represents a perfect model to decipher the social mechanisms that govern group cohesion and competition between individuals and the individual strategies deployed to counter this competition.
The project thus consists in observing the social and vocal behaviours of a captive colony of rooks, in Strasbourg. More precisely, the candidate will record the birds’ social interactions in reproductive and foraging context. The candidate will focus on conflict avoidance and/or resolution (reconciliation, consolation) and to the benefits provided by cooperative behaviours (transfers of food or services) in allies–making processes. Finally, the candidate will explore the propensity to deploy dissimulation tactics when individually attempting to access resource or mating opportunity in this species.