Annuaire IPHC

DEPE | Stratégie scientifique » ADaptation des Animaux et Gestions Environnementales (ADAGE) » Claire SARAUX

Claire SARAUX


Département Écologie, Physiologie et Éthologie
IPHC - UMR 7178, CNRS-UDS
23 rue Becquerel
67087 Strasbourg Cedex 2
France

Tél : +33 3 88 10 69 06
e-mail :

Mes recherches

Mes travaux portent sur l’écologie marine en lien avec la gestion des habitats, des usages et des espèces. En particulier, je cherche à comprendre comment varient les populations en fonction de leur environnement, en tenant compte de leurs interactions avec d’autres espèces (relations proies-prédateurs, compétition, etc.). Pour cela, j’utilise notamment des méthodes d’écologie quantitative (dynamique de population, modélisation d’habitat, analyses de séries temporelles et géostatistiques, etc.). Afin de comprendre les mécanismes impliqués dans la réaction des populations, je me place souvent à l’échelle des individus, afin d’étudier les compromis énergétiques auxquels ils font face (acquisition d’énergie et compromis d’allocation entre les différents traits d’histoire de vie, écophysiologie). Je place également une attention toute particulière au rôle de l’hétérogénéité interindividuelle dans les réponses des individus à la variabilité de l’environnement. Ma recherche a donc pour vocation une meilleure compréhension des dynamiques de population, de leur lien avec l’environnement, les proies ou d’autres activités humaines, à des fins de conservation ou de gestion.

Ma recherche actuelle se divise entre deux grands projets :

1 - Compréhension des fluctuations des populations de poissons petits pélagiques (sardines, anchois, sprats) en Méditerranée. Combinant des approches corrélatives in situ, expérimentales en bassin et de modélisation, je cherche à comprendre les mécanismes de régulation de ces populations. En particulier, nous avons pu montrer au cours des projets EcoPelGol (étude de la dynamique de l’ECOsystème PELagique du GOlfe du Lion) et ARPE que la pêche, les processus de contrôle top-down par les thons rouges et les dauphins et les agents pathogènes n’étaient pas la cause du déclin actuel de la taille, des réserves énergétiques et de la survie adulte des poissons. Ces populations semblent plutôt soumises à un contrôle bottom-up par le plancton.

Le projet MONALISA (fortes MOrtalités NAturelles et Indicateurs pour la gestion des stocks de Sardines et Anchois de Méditerranée) vise à aller plus loin pour comprendre (i) les mécanismes de ce contrôle (expérimentations en bassins et modélisation) et (ii) les changements environnementaux qui ont pu se produire et les potentielles modifications associées du plancton.

Cette recherche est en lien avec de nombreuses activités d’expertise au sein des instances nationales et internationales de gestion de la pêche : Chaire du groupe d’évaluations de stocks des petits pélagiques en Méditerranée et experte sur les évaluations de stock et les plans de gestion de la pêche auprès de différentes institutions (Commission Européenne, Commission Générale des Pêches en Méditerranée, Ministère Français).

2- Relations prédateurs-proies dans des écosystèmes marins sous pression : dynamique de populations, évolution des traits d’histoire de vie et plasticité des oiseaux marins face à une ressource fortement variable.

Ce projet propose d’étudier les relations proies-prédateurs entre poissons fourrages et oiseaux marins tout en intégrant les pressions environnementales et anthropiques fortes (climat, océanographie, pêche) afin de mieux comprendre les dynamiques des communautés marines. Le projet bénéficiera de l’existence et la mise à disposition de bases de données globales (+ de 16 espèces d’oiseaux marins et 10 de poissons fourrages) en provenance de 10 écosystèmes contrastés répartis tout autour du globe grâce à des collaborations internationales nombreuses.

Interdisciplinaire (écologie, écophysiologie, écologie comportementale), il mêlera approches théoriques, empiriques et de modélisation, afin d’identifier les mécanismes régissant les interactions proies-prédateurs (contrôle bottom-up), les dynamiques de population de poissons et d’oiseaux, ainsi que la plasticité et capacité d’adaptation des oiseaux marins face à une ressource très fluctuante. Pour cela, une approche plus détaillée de l’énergétique des oiseaux marins en fonction des conditions environnementales et de la distribution des proies sera menée à l’aide de l’étude du manchot pygmée en Australie, en collaboration avec André Chiaradia.

Ce projet permettra à la fois de répondre à des questions fondamentales d’écologie évolutive, ainsi qu’appliquées en matière de gestion des ressources naturelles et de conservation de la biodiversité.

Court CV

Depuis 2019 : Chargée de recherche au CNRS, IPHC-DEPE

2012-2019 : Chercheuse à l’IFREMER, UMR MARBEC

2011 : Doctorat en écologie, IPHC-DEPE, Université de Strasbourg

Etudiants

Etudiants en thèse :

Guillaume Feuilloley, 2017-2020, Spatio-temporal variability of zooplankton and impacts on small pelagic fish populations in the Gulf of Lions.

Quentin Queiros, 2016-2019, Mechanisms of the bottom-up control of sardines and anchovies in the Gulf of Lions through expérimentations and modelisation.

Pablo Brosset, 2013-2016, Body condition and consequences on life-history trait plasticity in small pelagic fish of the Mediterranean Sea.

Elisabeth Van Beveren, 2012-2015, Population changes in small pelagic fish of the Gulf of Lions : a bottom-up control ?

Master 2 :

Elisa Thoral 2018 The seasonal-dependent metabolic consequences of fasting in the European sardine, Sardina pilchardus. Co-encadrée avec Loïc Teulier, MdC Université de Lyon.

Charlotte Lefebvre 2017 Distribution des microplastiques dans le Golfe du Lion et ingestion par Sardina pilchardus et Engraulis encrasicolus lors de la période estivale. Co-encadrée avec D. Bonnet, UMR MARBEC

Quentin Queiros 2016 Pression de prédation des mammifères marins (dauphins) sur les poissons petits pélagiques dans le golfe du Lion. Co-encadré avec JM. Fromentin, UMR MARBEC

Kelly Edwards 2014 Age-related changes in foraging performance and breeding success in Little Penguins. Co-encadrée avec A. Chiaradia, Phillip Island Nature Parks, Australia.

Pablo Brosset 2013 Déterminer des indices de condition chez les petits pélagiques du Golfe du Lion. Co-encadré avec JM. Fromentin, UMR MARBEC

Stéphanie Vigetta 2011. Structure génétique d’une population de manchots royaux. Philopatrie et diversité génétique : le paradoxe des colonies animales. Co-encadrée avec C. LeBohec et H. Gachot

Célia Bordier 2011 Le sexe ratio des populations de manchots royaux est-il biaisé à l’éclosion ou résulte-t-il de mécanismes postzygotiques ?

Loïc Godest 2010 Développement d’un logiciel d’analyse automatique des cycles de reproduction des manchots royaux. Co-encadré avec B. Friess, C. LeBohec et Y. LeMaho