DRHIM | Imagerie Moléculaire » Activités » Per-opératoire

Per-opératoire

Dernière mise à jour : jeudi 16 avril 2009, par Nicolas Busser

La technique du ganglion sentinelle

Lors du traitement d’un cancer du sein, le protocole standard est le curage ganglionnaire axillaire total. Cette ablation peut entraîner de nombreux effets secondaires pour les patientes (réduction de la mobilité de l’épaule, diminution de la sensibilité, lymphœdèmes se traduisant par un « gros bras », fortes douleurs, etc.). Aujourd’hui, la technique du ganglion sentinelle permet d’éviter le curage axillaire dans les cas où le cancer est diagnostiqué à des phases précoces.

JPEG - 15.2 ko
Localisation des ganglions sentinelles

Cette technique obéit à un protocole précis. 24 heures avant l’opération chirurgicale, une radio-molécule est injectée à la patiente. Cette injection est en général réalisée en 4 points dans la zone péri-aréolaire (autour du mamelon). La molécule radio-marquée se diffuse dans le système lymphatique et est drainée par les ganglions d’une manière identique aux cellules tumorales potentiellement disséminées par le cancer. Le produit se fixe dans les premiers ganglions de la chaîne appelés Ganglions Sentinelles (GS). 2 à 3 heures après l’injection, une image scintigraphique est effectuée par une gamma camera à « grand champ » de vue. Cette image donne la répartition du produit radioactif injecté et permet donc de déceler la présence de GS.

Lors de l’intervention chirurgicale, le praticien injecte en plus un produit colorant (bleu en général). La combinaison du colorant et de la radio-molécule permet deux types de recherche des GS durant l’intervention : recherche visuelle (le bleu se distinguant très bien d’un « cadre » rouge) et recherche utilisant une sonde détectant la radioactivité. Une analyse cytologique des GS extraits est alors pratiquée par congélation et examen de coupes d’une centaine de micromètres. Durant cette période, la chirurgie propre au cancer est réalisée. Si au moins 1 GS est métastasé (présence de cellules tumorales, d’une tumeur secondaire...), le chirurgien pratique alors un curage axillaire complet ; dans le cas contraire (environ 70 % des cas), le curage est évité et l’opération est terminée. Afin de procéder à un diagnostique définitif, une seconde analyse plus précise des GS est réalisée suivant des coupes d’une dizaine de micromètres.

Localisation des ganglions sentinelles

JPEG - 261.1 ko
Utilisation de la Gamma Caméra lors d’une opération

Une des conditions essentielles à la réussite du traitement du cancer du sein par la technique du ganglion sentinelle est de pouvoir compter et localiser les GS de la manière la plus précise possible.

Afin de contribuer à l’amélioration de cette technique, le groupe ImaBio a développé deux instruments scintigraphiques per-opératoire qui assistent le chirurgien lors de l’opération : deux gamma cameras de champ de vue de 50×50 mm2 et 100×100 mm2 permettent d’estimer la présence de ganglions sentinelles avant, pendant et après l’opération dans le but de contrôler la qualité de celle-ci ; une sonde, nommée « CarolIres », détecte finement les ganglions radio-marqués durant l’intervention. À base de cristal de LaBr3, elle a une efficacité de détection de 2,1 à 100 coups.s-1.kBq-1 suivant l’activité du ganglion.

JPEG - 36.2 ko
Photographie de la sonde per-opératoire

Ces deux systèmes font actuellement l’objet de Protocoles de Recherche Interne (PRI) aux Hôpitaux Universitaire de Strasbourg (HUS) visant à valider leurs performances.