Annuaire IPHC

DRS | Recherche au DRS » Hadrons et noyaux » CAN » Thèmes de recherche » Hadronthérapie

Hadronthérapie

Dernière mise à jour : lundi 16 avril 2012, par Nicolas Busser

La radiothérapie, utilisée seule ou en combinaison avec la chimiothérapie et la chirurgie, est une modalité majeure de traitement des patients atteints de cancer. La thérapie par faisceaux d’ions (ou hadronthérapie) est une modalité émergente qui s’étend rapidement (plusieurs dizaines de milliers de patients ont déjà été traités par protons) de par son avantage balistique comparé aux photons. La dose déposée des protons ou des ions légers présente un maximum à la fin de leur parcours (appelé également pic de Bragg). L’existence du pic de Bragg et la dispersion latérale limitée conduisent à améliorer fortement le rapport entre la dose à la tumeur et celle aux tissus sains. Cependant la fragmentation des ions de carbone dans les tissus sains et la mauvaise connaissance des sections efficaces conduisent à une incertitude sur le dépôt de dose. Afin de pouvoir mesurer ces sections dans le domaine en énergie relevante pour la hadronthérapie (quelques dizaines de MeV à quelques centaines de MeV), notre équipe a participé à plusieurs compagnes de mesure en faisceau de carbone : deux expériences au Ganil à 95MeV/u en cible épaisse et cibles minces et l’expérience FIRST au GSI à 400MeV/u (programmées en été 2011). Dans cette dernière, l’équipe strasbourgeoise est fortement impliquée au niveau de l’algorithmie de reconstruction des traces dans les détecteurs de vertex.

Cette thématique a pris de l’ampleur dans le groupe CAN en étroite association avec le groupe ImaBio (deux demandes INCa en commun) et le groupe PICSEL.