Annuaire IPHC

DSA | Chimie Analytique des Molécules BioActives (CAMBA) » Axes de recherche » Contrôle et qualité des aliments » Chaîne du froid

Contact : Eric Marchioni

Dernière mise à jour : vendredi 15 septembre 2006, par Nicolas Busser

En France, le secteur industriel de l’aliment congelé, en pleine expansion, a besoin d’un label de qualité, tant pour conquérir de nouveaux marchés que pour conserver sa position actuelle aux niveaux national et international. Aujourd’hui, seule l’utilisation de "marqueurs" permet de fournir au distributeur, puis au consommateur, une garantie de qualité des aliments congelés mis à leur disposition. Mais, ces marqueurs ne peuvent déceler de rupture de la chaîne du froid que lorsqu’ils sont en contact avec l’aliment. De ce fait, une élévation de température survenant avant cette mise en contact ou après leur retrait est impossible à détecter. A ce jour, aucune méthode analytique permettant de mettre en évidence une rupture de la chaîne du froid sur l’aliment lui-même n’est disponible.

Objectif de l’étude

Mise au point d’une méthode innovante et originale de détection d’une rupture de la chaîne du froid, basée sur l’étude par micro éléctrophorèse de l’ADN cellulaire de l’aliment.

Techniques utilisées

Single cell gel micro electrophoresis (SSGME), aussi appelée « test de la comète ».

Résultats validés à ce jour

La grande sensibilité de cette méthode a montré d’intéressantes applications pour la mise en évidence de la rupture de la chaîne du froid d’aliments congelés, mais aussi également pour l’appréciation de l’état de fraîcheur d’un aliment réfrigéré. En cas de fragmentation de l’ADN (signe de dégradation de l’aliment) le profil électrophorétique ressemble à une comète, dont la tête correspond à la cellule et la queue aux fragments d’ADN. Cette dernière est d’autant plus longue que la dégradation des ADN est importante.

Applications industrielles

Méthode de contrôle fiable de la chaîne du froid.

Aspects innovants

Méthode non concurrentielle à ce jour.

Perspectives

Publication scientifique.


Contact : Eric Marchioni