Annuaire IPHC

DEPE | Nos partenariats » Réhabilitations

Réhabilitations

Le DEPE œuvre pour la conservation et le bien-être des animaux et a mis en œuvre la réhabilitation [1] de ses sujets* de laboratoire plusieurs fois, comme la loi l’autorise [2].

- 23 fuligules morillons volants de 2 ans et plus (12 femelles et 11 mâles), 42 colverts volants de 1 an et 6 femelles colverts volantes de 2 ans, ayant participé à une étude de l’effet d’un dérangement anthropique sur l’état énergétique et le succès reproducteur, ont été relâchés dans la nature dans une réserve du Rhin avec le concours de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). C’est parce que les espèces concernées vivent à l’état sauvage en Alsace et sur le Rhin qu’un relâché en milieu naturel a été possible. Récemment, 20 canards colvert (5 mâles et 15 femelles) ont également été relâchés à Friedolsheim après avoir été observés pendant 6 mois dans le cadre d’une étude sur les crèches collectives.

- 6 femelles colverts non volantes âgées de 2 ans, suivies dans le cadre d’une étude comportementale sur le leadership dans les mouvements collectifs, ont rejoint la ferme éducative de la GANZAU (207, rue Ganzau, Strasbourg) pour y passer leur retraite.

- Plusieurs oies domestiques qui étaient observées pour l’étude des phénomènes collectifs on été placées chez un particulier.

- Un python de Birmanie servant à tester l’effet de la présence d’un prédateur chez les singes capucins a également été « adopté » par un soigneur animalier.

- Plusieurs mandarins étudiés dans le cadre des traits d’histoire de vie et du vieillissement vont être également réhabilités au zoo de l’orangerie à Strasbourg ainsi qu’au refuge de l’Arche de Noë à Ernolsheim-sur Bruche.

Le Groupement de Réflexion et d’Action pour l’Animal (GRAAL) est partenaire de ces opérations. Le GRAAL [3] agit depuis plusieurs années en faveur de la réhabilitation des animaux de laboratoire auprès des unités de recherche.

Plus récemment, le Graal a créé un label « 4R, réhabilitation animale » et un logo pour ses partenaires.

Le DEPE et ses chercheurs œuvrant pour la réhabilitation de leurs animaux de laboratoire ont décidé d’afficher leur action et leur éthique en faveur de la réhabilitation et obtenu ce label. Nous pensons que la réhabilitation est un vecteur de réconciliation entre la Recherche et les citoyens et un respect des animaux que nous étudions, domestiques ou sauvages, menacés ou non en terme de conservation.

Le DEPE et ses chercheurs restent à votre disposition pour toute question concernant ces réhabilitations. Veuillez adresser vos commentaires à :

*Ces animaux n’ont subi aucune modification génétique.

Contacts :
Brigitte Gaillard, chargée de communication au sein du DEPE,
Cédric Sueur, Maître de Conférences, chargé de la réhabilitation au sein du DEPE,


[1Principe de la réhabilitation : Il s’agit d’offrir une retraite aux animaux de laboratoire dans des sanctuaires ou parcs zoologiques et non de sanctionner leur sortie de protocole par l’euthanasie, comme c’est aujourd’hui le cas dans la plupart des structures. Cette démarche s’inscrit dans un processus de révision éthique de la politique expérimentale en France et en Europe. La réhabilitation des animaux de laboratoire est une question d’éthique, de morale, de respect, une valeur de progrès.

[2Législation : La réhabilitation des animaux de laboratoire est autorisée par les textes, notamment par l’article R 214-89 du Code Rural.

[3La démarche du GRAAL a pour objectif de systématiser la possibilité que les textes législatifs offrent de reclasser des animaux en fin de protocole. Les programmes d’action actuels tentent d’obéir au principe des “3R” : Réviser, Réduire et Remplacer. Le GRAAL propose d’y ajouter un 4e “R”, pour “Réhabiliter”