Conférences et séminaires » Séminaire présenté par le Dr. G.LEHAUT, IPN de Lyon

Séminaire présenté par le Dr. G.LEHAUT, IPN de Lyon

Dernière mise à jour

Liens entre les propriétés statistiques et dynamiques des fragments produits dans les collisions d’ions lourds aux énergies intermédiaires

Par : Dr. G.LEHAUT - IPN de Lyon
Date : Jeudi 11 février 2010 à 16h 15h
Lieu : IPHC, Salle de Réunion du Bâtiment 27 (2e
étage)

Résumé :

Les propriétés des fragments produits lors des collisions d’ions lourds autour de l’énergie de Fermi ont été étudiées à travers le degré de liberté d’isospin.

La première partie de cette étude est basée sur une approche de gaz sur réseau, où le système est constitué de deux types de particules (neutron, proton) subissant une interaction coulombienne et dépendante de l’isospin. Le diagramme des phases de ce système présente trois phases (liquide, fission, gaz). L’énergétique de la phase liquide et gazeuse a pu être décrite par une fonctionnelle de la densité, la dépendance en température intervenant seulement dans la densité. Le terme de symétrie de la fonctionnelle a pu être relié au contenu isotopique du plus gros fragment via une analyse de type Isoscaling.

La seconde partie est consacrée aux mesures effectuées avec le multidétecteur INDRA au GANIL et à GSI. Une étude systématique des collisions symétriques les plus centrales a été effectuée afin de mesurer le pouvoir d’arrêt de la matière nucléaire et d’étudier l’équilibration en isospin des particules légères. Deux régimes ont été observés. Un régime à basse énergie (<40MeV/A) où le pouvoir d’arrêt diminue avec l’augmentation de l’énergie du faisceau, tandis qu’à haute énergie le pouvoir d’arrêt est gouverné par la quantité de matière traversée. Une autre étude réalisée sur l’ensemble des réactions Xe+Sn à 32 et 45 MeV/A, avec différents isopins, a permis d’isoler trois mécanismes de réaction à l’aide d’une analyse en composantes principales.Le contenu isotopique des fragments légers ne dépend pas du mécanisme de réaction,mais une dépendance est observée en fonction de la violence de la collision (paramètre d’impact).

Personne à contacter : Florent HAAS

Portfolio