Conférences et séminaires » Séminaire présenté par le Dr Anne LEFEBVRE

Séminaire présenté par le Dr Anne LEFEBVRE

Dernière mise à jour

Etude du taux de la réaction 12C(alpha,gamma)16O aux énergies de combustion centrale de l’hélium : état des connaissances et perspectives.

Dr Anne LEFEBVRE
(CSNSM - ORSAY)

le Jeudi 31 janvier 2008 à 16h00

Salle de Visioconférences - Bâtiment 25
IPHC, 23 rue du Loess, Strasbourg-Cronenbourg

Résumé :

La réaction de capture radiative 12C(alpha,gamma)16O conditionne fortement l’évolution stellaire et l’abondance des éléments plus lourds que le carbone dans l’univers. En dépit de son importance, la section efficace de cette réaction est encore mal connue dans le domaine des énergies stellaires. Aux énergies du pic Gamow (300 keV pour les températures de combustion hydrostatique de l’hélium) la valeur attendue pour sa section efficace est de l’ordre de 0.01 fbarn. Elle exclut encore actuellement toute mesure avec les techniques dont nous disposons. L’extrapolation théorique des valeurs expérimentales obtenues à plus haute énergie est rendue particulièrement difficile par la superposition de diverses contributions connues de façon encore trop imprécises, voire non mesurées à ce jour : captures radiatives E1 et E2 vers l’état fondamental de 16O pour lesquelles il faut prendre en compte des effets d’interférence et captures radiatives vers les différents états excités d’16O. Ces diverses contributions doivent être extrapolées séparement et les efforts expérimentaux n’ont permis d’atteindre que des énergies voisines de 0.9 MeV dans les meilleurs des cas. Récemment la précision sur ce taux de réaction a été ameliorée par l’utilisation de techniques sophistiquées : multidétecteur 4\piπ de rayonnements gamma, séparateurs de noyaux de recul ERNA ou DRAGON. Après avoir présenté la problématique de telles études, détaillé l’état actuel des connaissances sur la section efficace de la réaction 12C(alpha,gamma)16O à partir des derniers résultats publiés et ses répercussions sur l’incertitude sur le taux de la réaction à 300 keV, je présenterai quelques perspectives de préciser ce taux de réaction.

Personnes a contacter :

Sandrine COURTIN

Florent HAAS

Portfolio