Conférences et séminaires » Séminaire présenté par le Dr. Alain Goasduff, CSNSM Orsay

Séminaire présenté par le Dr. Alain Goasduff, CSNSM Orsay

Dernière mise à jour

Mesure de moments électromagnétiques dans les noyaux exotiques

Par : Dr. Alain Goasduff, CSNSM Orsay
Date : vendredi 14 février 2014 à 10h30
Lieu : IPHC, Salle de Réunion 2e étage du Bâtiment 27

Résumé :

La mesure des temps de vie des états excités des noyaux permet de sonder la structure de ces états. Une des méthodes permettant d’accéder à cette observable consiste à faire varier la distance de vol des noyaux entre la cible de production et une couche mince et d’étudier la variation d’intensité des composantes émises avant et après la couche mince. Le CSNSM, en collaboration avec l’IPNO, a développé un outil appelé “plunger” reposant sur cette méthode sensible entre 1 et 100 ps.

OUPS (Orsay Universal Plunger System) a récemment été utilisé avec des faisceaux délivrés par le Tandem ALTO lors de différentes campagnes expérimentales. Après avoir détaillé les techniques de mesure et d’analyse, je présenterai différents résultats que nous avons pu obtenir lors de ces campagnes expérimentales auprès du détecteur ORGAM à Orsay. Dans un premier temps je montrerai les résultats que nous avons obtenus dans les isotopes d’osmium (Os) et de tungstène (W) présentant un déficit en neutrons. Les résultats obtenus dans le 170W pour les premiers états excités sont en très bon accord avec les résultats présents dans la littérature. Dans le 170Os, pour la première fois, nous avons pu extraire les durées de vie des deux premiers états excités.

Je présenterai également les récents développements réalisés autour du plunger afin d’étendre son champ d’utilisation, Dans un premier temps, grâce à l’utilisation d’un mécanisme de réaction, la fusion incomplète, dans le but de sonder les noyaux proches de la vallée de stabilité à haut spin. Ce premier développement a été possible grâce au développement de cible de lithium. Dans un second temps, je présenterai les récents résultats obtenus grâce à l’utilisation de la désorientation, causée par le couplage hyperfin entre les spins électronique et nucléaire. Ces résultats nous ont permis de démontrer la faisabilité d’une nouvelle technique pour la mesure de facteur g auprès de faisceau radioactif.

Personne à contacter : Radomira LOZEVA

Portfolio