Conférences et séminaires » Séminaire présenté par Pierre Chau Huu-Tai, CEA, DAM/DIF

Séminaire présenté par Pierre Chau Huu-Tai, CEA, DAM/DIF

Dernière mise à jour

Réactions induites par deutons dans l’approche CDCC (Continuum Discretized Coupled Channels)

Par : Pierre Chau Huu-Tai, CEA, DAM/DIF
Date : mercredi 27 octobre 2010 à 10h30
Lieu : IPHC, Salle de Réunion 2e étage du Bâtiment 27

Résumé :
Réactions induites par deutons
dans l’approche CDCC (Continuum Discretized Coupled Channels)
P. Chau Huu-Tai1
1 CEA, DAM, DIF, F-91297 Arpajon, France.
Les réactions induites par deuton présentent un double intérêt : d’une part, elles permettent de sonder la structure des noyaux notamment en utilisant les réactions de transfert d’un nucléon
et les diffusions inélastiques. D’autre part, ces réactions peuvent être utilisées pour tester la tenue des matériaux aux irradiations ou pour produire des isotopes ayant un intérêt médical.
Néanmoins l’interprétation et la prédiction des sections efficaces de ces réactions restent délicates
en raison des spécificités du deuton : cet isotope de l’hydrogène est en effet constitué d’un proton et d’un neutron peu liés et l’interaction avec un noyau cible peut provoquer sa cassure
(réaction dite de “breakup”). Ces voies de réaction peuvent interférer entre elles et avec la voie élastique et modifier les sections efficaces. Dans les années 70, un formalisme spécifique a été proposé indépendamment par G. H. Rawitscher [1] et R. C. Johnson et al. [2]. Ce formalisme appelé CDCC (Continuum Discretized Coupled Channels) consiste à inclure explicitement les
voies de breakup et la structure interne du deuton dans les calculs. Cette méthode a été assez largement testée et appliquée depuis. Dans cet exposé, je présenterai le formalisme CDCC
ainsi que quelques comparaisons avec des données expérimentales. J’évoquerai ensuite quelques extensions développées ces dernières années pour traiter des projectiles plus “exotiques” [3-4] ou
pour inclure les excitations de la cible dans le cas du deuton. Je terminerai par la présentation
de calculs récents des sections efficaces de transfert du type (d,p).

[1] G.H. Rawitscher, Phys. Rev. C 9 (1974) 2210.

[2] R.C. Johnson and P.J.R. Soper, Phys. Rev. C 1 (1970) 976.

[3] N.C. Summers et al, Phys. Rev. C73 (2006) 0631603(R).

[4] T. Matsumoto et al, Phys. Rev. C70 (2004) 061601.

Personne à contacter : Marianne Dufour ou Rimantas Lazauskas

Portfolio