Conférences et séminaires » Séminaire présenté par Mathieu BOOS, NATURACONST@

Séminaire présenté par Mathieu BOOS, NATURACONST@

Dernière mise à jour

Etat de conservation des espèces animales : Tous les systèmes de classifications se valent-ils ? Perspectives.

Par : Mathieu BOOS, NATURACONST@, Cabinet d’Expertise et de Recherche en Ecologie Appliquée - 67270 Wilshausen

Date : jeudi 27 mai 2010 à 13h30
Lieu : IPHC, Salle de réunion du DEPE, bât.60

Résumé :

Le suivi et l’évaluation de l’état ou du statut de conservation des populations et des espèces de la faune sauvage sont une exigence imposée par la réglementation européenne et internationale portant sur la conservation du patrimoine naturel et de la biodiversité.

Selon la synthèse et l’argumentation établies préalablement (Boos 2005), sur la base de la littérature scientifique, l’ensemble des systèmes existant actuellement pour juger de l’état de conservation des espèces animales est considéré comme étant fondé sur des approches et des méthodologies très diverses, limitées, parfois trop imprécises et devant être améliorées. En particulier, les données et les informations relatives à la taille et aux tendances des populations manquent souvent de fiabilité et de précisions. De même, les procédures de classification sont parfois exagérément fondées sur des critères et des valeurs seuils définis de manière unilatérale et arbitraire souvent sans distinction des propriétés biologiques et démographiques de chaque espèce et sans une analyse approfondie des causes pouvant expliquer la variation de la taille de populations. Devant la nécessité d’établir des actions de conservation cohérentes et plus efficientes (Green 1995, Reed et Blaustein, Ruth et al. 2003), il s’agit impérativement, et de manière urgente, d’élaborer une méthodologie alternative basée sur une démarche scientifique intégrée ou la procédure d’analyse mathématique est traduite en une analyse et une signification biologique. Cet enjeu nouveau qui repose largement sur un schéma consensuel de réflexion et d’actions, par exemple pour la définition des critères de classification espèces et situations dépendantes, est un gage pour établir selon le principe de durabilité des programmes de conservation qui laissent le moins de marge possible à la contestation ou au conflit et pour réduire les risques de prendre des décisions inappropriées en terme d’actions de conservation (Reed et Blaustein 1997).

Personne à contacter :

Portfolio