Conférences et séminaires » Séminaire présenté par Dr. Alain Astier, CSNSM-Orsay

Séminaire présenté par Dr. Alain Astier, CSNSM-Orsay

Dernière mise à jour

Un pépin à la surface du noyau de polonium 212

Par : Dr. Alain Astier, CSNSM-Orsay
Date : Mardi 11 mai 2010 à 11h00
Lieu : IPHC, Salle de Réunion 2e étage du Bâtiment 27

Résumé :

Lorsqu’un noyau « clustérise » en deux fragments avec différents rapports charge/masse, son centre de masse ne coïncide plus avec son centre de charge, il en résulte un important moment dipolaire électrique E1 impliquant de grandes valeurs de probabilités de transition B(E1). Cette caractéristique est bien documentée dans des systèmes déformés : c’est le cas des noyaux légers décrits comme un système « α-cœur » en rotation autour de son centre de masse, et des noyaux lourds présentant une déformation octupolaire. Par contre, le cas où le cœur sphérique est suffisamment lourd pour que la rotation collective du système « α-cœur » ne soit plus possible –le centre de masse du système coïncidant quasiment avec le centre du cœur– n’a jamais été étudié.

Lors de ce séminaire nous présenterons de nouveaux résultats expérimentaux obtenus dans l’isotope 212Po. Les états excités de 212Po ont été peuplés par la réaction de transfert 208Pb(18O,14C), et leur désexcitation γ a été étudiée avec le multidétecteur Euroball placé auprès du Vivitron à Strasbourg. Plusieurs états ont été découverts décroissant par une unique transition de type E1 (Eγ < 1 MeV), alimentant l’état yrast de même valeur de spin. Les durées de vie mesurées par la méthode DSAM, comprises dans la gamme [0.1-1.4] ps, indiquent que les transitions E1 sont extrêmement favorisées : B(E1) = 2×10-2 – 1×10-3 W.u. (c.à.d. jusqu’à 1000 fois plus fortes que les valeurs de B(E1) typiques).

Ces états, qui coexistent avec ceux attendus par le modèle en couches, sont les empreintes de la structure « α-208Pb » sous-jacente dans 212Po. Ils sont interprétés comme provenant de la vibration de la distance α-cœur autour de sa position d’équilibre. Ce mouvement, inédit dans la carte des nucléides, dévoile une nouvelle facette de la « clusterisation » α dans les noyaux.

Personne à contacter : Radomira LOZEVA

Portfolio