Conférences et séminaires » Séminaire présenté par Benoit AVEZ

Séminaire présenté par Benoit AVEZ

Dernière mise à jour

Approche microscopique de la dynamique nucléaire dans le formalisme de la densité fonctionnelle d’énergie

Benoit AVEZ
(Service de Physique Nucléaire, CEA-Saclay)

Jeudi 20 novembre à 16h00

Salle séminaires Bât 27 / 2e étage
IPHC, 23 rue du Loess, Strasbourg-Cronenbourg
ATTENTION lieu inhabituel !

Résumé :

L’approche dynamique basée sur le formalisme de la densité fonctionnelle d’énergie (EDF) constitue un outil de choix pour l’étude des réactions nucléaires de basse énergie. En particulier, elle permet de traiter structure et dynamique nucléaires sur un pied d’égalité, et possède un spectre dutilisation assez large, allant de l’étude des modes collectifs de petite amplitude, comme les résonances géantes, à des études plus complexes de réactions de basse énergie comme la fusion à la barrière.

La partie principale de ce séminaire sera consacrée à l’étude de l’appariement dans la dynamique nucléaire en utilisant le formalisme Hartree-Fock-Bogoliubov dépendant du temps (TDHFB). Dans la limite de petite amplitude, il constitue un outil de choix pour étudier les résonances géantes dans les noyaux superfluides, et est équivalent à la QRPA. On se focalisera en particulier sur les vibrations d’appariement, engendrées par les correlations d’appariement. Une solution des équations TDHFB avec une fonctionnelle d’énergie de Skyrme complète a été obtenue pour la première fois, et a été utilisée pour étudier les vibrations géantes d’appariement dans quelques isotopes d’Oxygène et de Calcium.

Dans une seconde partie, je présenterai une autre utilisation du formalisme EDF, vouée cette fois à l’etude des collisions d’ions lourds. Usuellement, l’approximation des densités gelées couplée à une paramétrisation radiale du potentiel noyau-noyau fournissent des barrières de fusion proches des barrières expérimentales. Cependant, lorsque les partenaires de collisions deviennent lourds et symétriques (typiquement Z1Z2 > 1600), ce modèle échoue à reproduire les barrières de fusion expérimentales, les partenaires de collisions ayant alors besoin d’une énergie supplémentaire pour fusionner, aussi appelée « energie extra-push ». Nous montrerons certains aspects de cette suppression de la fusion grâce au formalisme Hartree-Fock dépendant du temps (TDHF) (la limite d’appariement nul de TDHFB) en 3 dimensions pour des systèmes presque symétriques.

Personnes à contacter :

Sandrine COURTIN

Portfolio