Conférences et séminaires » Séminaire du Dr Jérôme ROBIN, le 2/3, Salle de Visioconférences

Séminaire du Dr Jérôme ROBIN, le 2/3, Salle de Visioconférences

Dernière mise à jour

Six degrés de séparation jusqu’à l’hyperdéformation.

Dr Jérôme ROBIN

(Groupe de Structure Nucléaire, C.S.N.S.M., ORSAY)

le Jeudi 2 mars 2006 à 16 h00

Salle de Visioconférences - Bâtiment 25
IReS, 23 rue du Loess, Strasbourg-Cronenbourg

Résumé :

Au cours des vingt dernières années les limites d’observation des multidétecteurs n’ont cessé d’être repoussées, permettant la mise en évidence de phénomènes de plus en plus rares. Un des faits les plus marquants restera sans doute la découverte de la superdéformation nucléaire à haut moment angulaire en 1986 dans le noyau de 152Dy. La manifestation de ce phénomène sera ensuite observée sur toute l’étendue de la charte nucléaire depuis la région de masse A=30 jusqu’à A=190.

Je m’attacherai pour ma part à décrire la région de masse A=150 au travers de l’exemple du noyau de 151Tb. Je vous présenterai par ordre d’intensité décroissante les diverses structures observées dans ce noyau jusqu’à l’avènement du multidétecteur EUROBALL IV. Outre les performances des systèmes de détection, un aspect crucial dans la recherche de phénomènes rares repose sur les techniques d’analyse employées. J’aborderai ce point en vous présentant une méthode de soustraction de fond que j’ai élaborée au cours de mes travaux.

Après la confirmation expérimentale de la prédiction théorique de la superdéformation, le phénomène d’hyperdé-formation représente maintenant le nouveau « Graal » à découvrir. Celui-ci constitue un test sévère pour les prédictions des modèles basés sur le Champ Moyen et pour la paramétrisation de la forme nucléaire. Malgré une longue campagne de mesures dédiée au noyau 126Ba auprès de EUROBALL IV fin 2002, cet état extrême semble hors d’atteinte des multidétecteurs actuels. Depuis plusieurs années, la communauté de physique nucléaire européenne s’est impliquée dans le projet AGATA. Ce dernier repose sur la recherche et le développement d’une nouvelle génération de spectromètre, basée sur la segmentation des détecteurs Germanium et la reconstruction du parcours des rayonnements gamma. Ces nouvelles techniques permettront de repousser de trois ordres de grandeur les limites d’observation actuelles. Dans ce cadre, je vous présenterai les performances estimées de l’algorithme de forward-tracking, et la potentialité d’adapter ces capacités de reconstruction aux diverses expériences auxquelles AGATA sera associé. L’installation future de ce multidétecteur auprès de SPIRAL2 ouvrira des perspectives immenses non seulement pour la recherche de l’hyperdéformation, mais également pour l’ensemble des études sur la structure des noyaux exotiques.

Contact :

Sandrine COURTIN

Florent HAAS

Portfolio